Le projet

Jardins Partages Aulnay

Qu'est ce qu'un jardin partagé ?

La valeur fondamentale, comme son nom l'indique bien, y est celle de partage : au-delà du travail partagé de la terre, c'est surtout l'occasion pour les jardiniers et les visiteurs d'un partage des connaissances de chacun, d'un peu de temps passé ensemble, de la chaleur des relations humaines. C'est un projet qui a en effet vocation à rassembler toutes les cultures, toutes les générations, toutes les catégories socio-professionnelles, chacun trouvant sa place dans l'ensemble en fonction de ses compétences, de sa disponibilité et aussi de ses envies. Impossible de dessiner le portrait-robot du jardinier urbain : actif ou retraité, en famille ou célibataire, tous se croisent un jour ou l’autre au jardin.

Fondé sur des valeurs de solidarité, de convivialité, de lien et de partage entre les générations et les cultures, le jardin partagé combine donc une pluralité d'objectifs : sociaux, économiques, écologiques, culturels, participatifs... Un jardin partagé peut se créer dans une jardinière comme dans une friche de plusieurs centaines de mètres carrés, être permanent ou éphémère, le temps que l'usage final du terrain ne soit arbitré… Un jardin partagé, c'est donc un canevas blanc (ou, plutôt, brun) sur lequel peindre, en vert et en couleurs, les rêves des habitants.

Bénéficier à tous

Si les jardins partagés connaissent un tel engouement depuis quelques années, c'est qu'ils cumulent les avantages : ils embellissent le cadre de vie tout en créant du lien social entre les habitants, du fait de leur dimension participative. Au-delà des échanges d'expérience, de savoirs, de techniques, ils constituent également l'occasion d'apprendre à se connaître et à travailler ensemble et contribuent ainsi à faire reculer préjugés et peur de l'autre. Ce faisant, ils permettent de mutualiser les forces vives du territoire, et provoquent un effet "boule de neige" : les réalisations des premiers jardiniers donnent généralement envie à d'autres habitants et partenaires de participer, voire de développer de nouvelles initiatives collectives. Enfin, ils sont une arme redoutablement efficace pour la promotion de la biodiversité, grâce au troc de plantes et de graines et à la mutualisation des semences.

Saisir une opportunité

À Fresnes, le projet de jardins partagés est né d'un constat : dans un contexte de forte attente des habitants, une multitude d'initiatives très localisées se sont récemment fait jour, dispersées et fragiles dans la durée. En parallèle, des savoir-faire existent chez de nombreux Fresnois, qui pourraient être partagées dans une dimension solidaire et citoyenne. Les terrains susceptibles d'accueillir un jardin partagé ne manquent pas, qu'ils relèvent de parcelles privées (copropriétés, bailleurs publics, entreprises ou particuliers) ou publiques.

L'idée est donc de mutualiser les moyens : la ville assure le pilotage et l'animation du projet ainsi que la prise en charge de l'ingénierie, assurée par l'association La Bouilloire ; charge aux Fresnois intéressés de le faire vivre, comme n'importe quel format associatif.

Aux bêches, citoyens !

Le premier défi consiste donc à mobiliser une équipe motrice pour faire émerger une dynamique à l'échelle de la ville.
Idéalement, le groupe de travail initial devrait comprendre une quinzaine de personnes issues des différents quartiers de la ville, pour créer une émulation, et être composé de "sachants" et de novices, afin que se mette en place le processus d'entraide et de co-apprentissage. Il se rencontre une fois par mois, avec un intervenant de La Bouilloire, le mercredi soir, de 18h30 à 20h30. Le planning alterne séances de travail, pour acquérir les connaissances utiles au projet et mettre en place les outils nécessaires à sa réalisation, repérage des ressources disponibles sur la ville (bibliothèque, service des espaces verts, particuliers…), visites d'expériences menées ailleurs et mini-réalisations d'application, permettant l'embellissement des quartiers.

Ce groupe, baptisé "groupe Terre", se double d'un groupe de réflexion et de suivi, dénommé "groupe Chapeau", ouvert à tous.

Un engagement dans la durée

Organisé en trois phases, le projet des jardins partagés prendra son essor à partir du mois de septembre 2016, pour se concrétiser à partir du printemps et de l'été 2017.
La première phase, de l'été 2016 au premier trimestre 2017, est celle d'apprentissage et de mutualisation des connaissances. Le groupe apprend ensemble et se nourrit des expériences de chacun dans des séances de co-construction du projet.
La deuxième phase, de formalisation, se mettra en place au premier trimestre 2017. Ce sera celle de la production commune, avec l'écriture du projet : objectifs, valeurs, approche, charte, règlement de fonctionnement…

Enfin, une dernière phase, d'accompagnement, permettra d'adapter le projet élaboré aux particularités de chaque terrain destiné à accueillir un jardin partagé, dans les quartiers, et de le mettre en œuvre.

À l'heure actuelle, les deux groupes Terre et Chapeau sont en cours de formation. Si vous souhaitez rejoindre l'un ou l'autre, voire les deux, un formulaire d'inscription en ligne est à votre disposition.

Noa Chartois.
(photo - jardins partagés à Aulnay)

Agenda