Albert Roper

Albert Roper

Saviez-vous que la rue Albert Roper fut ainsi nommée en hommage à ce pionnier du droit aérien international qui fut longtemps fresnois ?

Albert Jean Roper naît à Paris le 21 avril 1891 d'une mère matelassière et d'un père jardinier. Ce dernier décroche un emploi à la ferme Lebourlier et tous trois s'installent à Fresnes le 21 novembre 1900 au 10 impasse des Sentiers (actuelle rue Roper).

Albert fréquente alors la classe de M. Barroy, devient enfant de chœur pour l'abbé Guy, acclame les parisiens amateurs de grenouilles, joue dans la fanfare et participe aux nombreuses festivités fresnoises.
Malgré la séparation de ses parents et les faibles revenus de sa mère, il entreprend des études supérieures, obtient son certificat d'études en 1902, entre par la suite au Lycée Lakanal et devient bachelier en juillet 1909. D'abord comptable à la Société du cheval de guerre, il est également autodidacte en droit. Il entame son service militaire en septembre 1912, débute la guerre dans les chasseurs à pieds puis demande sa mutation dans l'aviation en septembre 1916. Lors de sa formation de pilote, il survole fréquemment Fresnes et Antony dont les habitants l'acclament "Voilà Roper !". Il devient rapidement capitaine et dirige l'escadrille n°159 surnommée "Le Point de Roper". Abattu par un avion ennemi le 30 mai 1918, il est laissé pour mort. Il ne devra sa survie qu'à son képi de gradé posé sur son ventre entre ses mains inertes. Paralysé des jambes, il sera finalement repéré puis soigné.

Après une longue période de convalescence, il entre à la Section franco-américaine de l'aéronautique grâce à son anglais et ses compétences en droit. Lors de la conférence de la Paix en 1919, il présente avec ses collaborateurs un projet qui deviendra la Commission Internationale de Navigation Aérienne (CINA), chargée de veiller à la coopération mondiale dans le domaine de l'aviation civile. Il en devient très vite Premier Secrétaire et ce pendant vingt-cinq ans.
Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, Albert Roper est convié comme consultant à la conférence de Chicago, organisée par les Etats-unis. A l'issue de cette rencontre naît l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) dont il sera le Secrétaire général jusqu'en 1951. Cette organisation, basée à Montreal et rattachée aux Nations-Unies, s'attèle à réglementer l'aviation civile dans le monde, selon les idées d'Albert Roper.

Albert Roper décède le 2 mai 1969 et repose désormais au ciemtière de Fresnes, dans l'ilot n°1. La rue qui porte son nom fut ainsi nommée par le conseil municipal le 21 décembre 1988.

Photo - Albert Roper. Collection photographique de l'Ecomusée du Val-de-Bièvre.

Etienne BOIN

Retrouvez les aventures d'Albert Roper pendant la Première Guerre mondiale !

Tombe Roper
Détails de la sépulture d'Albert Roper au cimetière communal (Nov 2017).

Pour aller plus loin


Un homme et des ailes, Albert Roper - Pionnier du droit aérien international, éditions de l'Officine, 357 pages, 2004, 22,50€

Albert Roper, aviateur, article paru dans le Nouveau Panorama n°42, février 2006.

Biographie sur le site de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI)

Mémoire en images : Fresnes, par les Amis de l'Ecomusée de Fresnes. Ed. Alan Sutton, 2004, 128 pages, 19,90€. Photo d'Albert Roper en page 28.

Extrait d'un article du Panorama n°156 de mars 1989.

L'as qui tombe à pic, article sur l'escadrille d'Albert Roper paru dans le Fana de l'Aviation n°522 de Mai 2013. Mention et photo d'Albert Roper.