Les glacières

Union St Eloi-39

Saviez-vous qu'avant l'invention des réfrigérateurs, on conservait la glace dans des cavités souterraines appelées glacières et que Fresnes en compta quatre ?

Les hommes utilisent de la glace depuis longtemps, pour être consommée ou pour conserver plus durablement les aliments, mais son usage s'est démocratisé petit à petit depuis la Rome antique. En effet, dans les thermes romains, elle servait à maintenir à basse température l'eau froide des frigidaria. Au Moyen-Âge, on l'utilisait surtout pour un usage thérapeutique puis comme dessert, les sorbets, à la Renaissance. C'est principalement sous le règne de Louis XIV que l'usage de la glace se répandit en France car noblesse et bourgeoisie en raffolaient. Son commerce s'intensifia tout au long du XVIIe siècle mais resta principalement un monopole royal. C'est au cours de la Révolution que le commerce de la glace deviendra libre et fleurira jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Avant que ne soient inventés les réfrigérateurs, conserver de la glace durant les mois les plus chauds de l'année était un vrai défi. En effet, le secret d'une glace durable réside dans un bon stockage : à l'abri de l'air et de l'eau de fonte. Mais les premières glacières, installées dans des cavités naturelles, ne permettaient pas une conservation longue. Au XVe siècle, des constructions de plus en plus élaborées virent le jour : souterraines, de forme circulaire, construites en briques et en argile, avec des portes formant un sas et orientées vers le nord pour éviter les rayons du soleil. Des puits sont aménagés pour recueillir l'eau issue de la fonte naturelle de la glace. Celle-ci, entreposée sur des palans de bois plutôt que sur la terre ferme fond alors moins vite. Toutes ces conditions permettaient ainsi une conservation de près de 6 mois avec une perte de seulement 20%.
Vues de l'extérieur, les glacières prennent l'aspect d'une grande butte de terre où poussent souvent arbres et arbustes.

A Fresnes, quatre glacières seront construites puis utilisées aux cours des XIXe et XXe siècles. Elles sont mentionnées dans le cadastre de 1842.
La première, située face au château de Tourvoie (actuel stade Gaston Roussel), était de forme circulaire. La cavité principale, haute de 7 mètres, possédait une voûte en ogive de 14 mètres de diamètre. On y entreposait de la glace découpée dans la pièce d'eau de la Bièvre. Cette glacière fut comblée en 1973 lors de la construction d'un immeuble.
Les suivantes étaient situées sur le terrain de l'Eglise Notre-Dame-de-la-Merci. D'une hauteur de 5 mètres et d'une diamètre de 6 mètres environ, les deux petites glacières furent détruites en 1957 en raison de la proximité du patronage. La plus grande fut en partie démolie puis consolidée et servit de base à la crypte de l'actuelle église.

Avec l'apparition de la glace industrielle vers les années 1860, du réfrigérateur dès les années 1930 et l'adoucissement des hivers, les glacières de Fresnes ne furent plus exploitées à partir de la fin du XIXe siècle. Mais l'une d'entre elles servit encore une fois à la Libération de Fresnes en août 1944. Des prisonniers allemands y furent introduits par une échelle, ensuite retirée, en attendant leur prise en charge par les forces de police.

Etienne BOIN, 
d'après les informations de A.GRANDIN de la Société archéologique de Fresnes

Photo - Glacière dite de l'Eglise, dôme et sas d'entrée visible à l'arrière-plan gauche. Collection photographique de l'Ecomusée du Val-de-Bièvre.