La ferme de Cottinville

Photo Ferme de Cottinville 1Le domaine de Cottinville a appartenu à la seigneurie de Fresnes, du XIIe siècle jusqu’à la Révolution. La Ferme est acquise par l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés au XVIIIe siècle avant d’être revendue à des riches bourgeois après la Révolution.

Cette ferme était la plus grande de la commune, on y cultivait des plantes fourragères, des pommes de terre, des légumes verts, de la vigne et des arbres fruitiers.

C’est en 1911 qu’on y fait travailler le plus grand nombre d’employés (3 charretiers, 1 cuisinière, 1 jardinier et 12 ouvriers agricoles). Elle a été exploitée par de nombreux propriétaires successifs jusqu’à son acquisition par la ville, en 1979.

Témoignage du passé rural en milieu urbain, elle possède aujourd’hui une vocation culturelle affirmée. En effet, elle abrite le Conservatoire à rayonnement départemental (CRD), l’écomusée du Val-de-Bièvre et la salle de spectacles de la Grange Dimière.

Histoire

Photo Ferme de Cottinville 2Selon toute vraisemblance, le site de l’actuelle ferme de Fresnes est habité depuis le XIIe siècle, puisque la seigneurie de Fresnes est mentionnée pour la première fois dans le cartulaire de Longpont en 1150. De 1197 à 1206, Dame Trembourg et Sieur Raynaut sont les propriétaires légaux et titulaires de la ferme de Fresnes et du domaine de Cottinville.

Nous n’avons pas d’informations précises sur les bâtiments à cette époque, mais il est attesté que le domaine de la seigneurie possédait une ferme importante qui constituait le manoir d’habitation et l’exploitation agricole. D’ailleurs un grand nombre de documents mentionnent jusqu’à la Révolution le terme de maison seigneuriale.

La ferme de Cottinville fait partie de la réserve de la seigneurie : baillée à ferme par le seigneur. La réserve semble avoir été exploitée directement par les seigneurs de Fresnes jusqu’au XVIe siècle. Au XVIe et XVIIe siècle, ils sont baillés temporairement, l’exploitant payant alors en argent et en nature.

Du XVIIe siècle à la Révolution (1682-1790)

Photo Ferme de Cottinville 3On parle de ferme abbatiale, l’abbaye de Saint-Germain-des-près en étant le propriétaire. Ensuite, elle sera appelée ferme de Fresnes, mais l’usage courant lui donnera le nom de l’exploitant.

Le seigneur de Fresnes en reçoit le bénéfice de ses terres sous forme de redevance, il s'agit de la Dîme lorsque le propriétaire est membre du clergé. Aucune mention de grange dîmière n’apparaît dans les textes, mais il est vraisemblable que la grange actuelle ai eu cet usage à partir du XVIIème siècle.

La ferme est disposée selon le plan carré typique des fermes de l’Hurepoix. En 1764, la cour était plus petite d’un tiers, la grange fermait ainsi qu'un bâtiment servant de lavanderie, fournil, grenier et deux chambres fermaient le côté est, sur une ligne équivalente à l'actuel logement du gardien. Entre la grange et ce bâtiment, il devait y avoir une porte cochère donnant sur une arrière cour avec deux bâtiments en angle. De nouveaux bâtiments apparaissent qui vont fermer cette arrière cour dès avant 1787.

A cette époque, était présent et sans doute depuis très longtemps, un colombier pourvu de 2 000 boulins (loge à pigeon). Il disparaît entre 1790 et 1811. Il est vraisemblable que ce symbole du pouvoir féodal a été rasé pendant la période révolutionnaire, puisqu’il était en bon état en 1790.

Entre 1787 et 1790

Photo Ferme de Cottinville 4La grange est rasée et reconstruite dans la disposition actuelle : la cour et l’arrière cour fusionnent. Une tour carrée est mentionnée ; elle doit dater du XVIIe siècle et devait avoir fonction d’escalier qui n’avait pas d’ouverture sur l’extérieur et devait se situer à l’angle du logis seigneurial.

Les bâtiments les plus anciens sont sans doute la bergerie, l’écurie et le logement : ils existaient au milieu du XVIIIe siècle et pourraient être antérieurs au XVIIe siècle. L’ensemble des bâtiments a subi de nombreuses modifications.

Le domaine seigneurial de Cottinville comprend des terres attenantes à la maison seigneuriale d’une surface totale de 26 hectares et 13 ares, partiellement ou totalement closes de murs. Sur ces terres appelées Clos la Garenne, se trouvent deux glacières en 1787.

Après la Révolution

La disposition des bâtiments change peu. Seule leur affectation évolue, en même temps que les techniques agricoles, les stratégies de production, mais aussi la société.

Ainsi, on passe successivement de l’agriculture non mécanisée, associant polyculture et élevage, à une agriculture mécanisée, puis un abandon de l’élevage, une réduction de la diversité culturale, puis une cessation totale d’activité agricole. Au moment de son abandon en 1979, la ferme est le siège d’un grossiste en pomme de terre qui n’exploite que quelques hectares de terres.

En 1979

Photo Ferme de Cottinville 5La ville de Fresnes décide d’acquérir la ferme et de la transformer en espace culturel comprenant notamment un écomusée. La Grange Dîmière sera aménagée en salle de spectacle en 1982. Viendront ensuite l’Ecomusée (1984) puis l’ Ecole Nationale de Musique (1987), aujourd'hui Conservatoire à Rayonnement Départemental (CRD).

La dernière phase de rénovation

Elle date de 1992 avec la réfection des toitures des anciens bâtiments de logement et l'extension dans l'axe de la salle d'exposition de l'écomusée.